Toute bonne chose ayant une fin, c’est notre dernier matin sur le Rotersand.  Nous faisons le ménage du bateau pour le remettre dans l’état où nous l’avions trouvé il y a une semaine avant de reprendre la route vers Longueuil.  Une semaine inoubliable où nous avons beaucoup appris sur l’environnement et la préservation des espèces du St-Laurent. Nous avons eu la chance d’expérimenter le régime végétalien et nous avons appris les bases de la navigation à la voile sur un magnifique navire-école. Évidemment les adieus sont difficiles, mais c’est la tête pleine de souvenirs que nous repartons heureux avec un léger mal de terre en prime.

La baie des Ha! Ha! est couverte d’un épais brouillard au mouillage, alors nous en profitons pour pousuivre nos différentes formations : cartographie, navigation et salle des machines. Après le dîner, la légère brise du large nous appelle et nous partons enfin faire de la voile. Tirant des bords dans le chenal du Bic avec un vent de face, nous avançons lentement vers notre destination : Rimouski. Après plusieurs virements de bord, nous constatons que nous avons avancé d’à peine 2 miles nautiques en plus de 2 heures. Nous nous résignons à faire le reste de la distance nous séparant de notre objectif à moteur. Le vent de l’est est maintenant bien établi et il monte une mer impressionnante, la plus grosse de la semaine. Le Rotersand chevauche les flots et nous trempe à chaque embrun au grand plaisir de certains qui n’hésite pas à jouer « au roi du monde » à la proue du navire. Bière récompense à la marina de Rimouski. Remise des prix de participation. Prix de l’équipage : Simon. Prix gastronomie : Marika et Nicolas. Prix « bonne attitude » : Louis.

Nous nous levons dans un épais brouillard dans l’anse à l’orignal du parc national du Bic après une nuit mouvementée due à la houle venant de l’est.  Après un deuxième topo météo, nous séparons l’équipage en deux groupes pour jouer à « construis-moi un montage » à l’aveugle avec seulement une radio VHF.  Pour dîner, falafèles et salade spéciale Lancelot. Pour se dégourdir un peu les jambes, nous décidons de faire une répétition générale des manoeuvres pour hisser les voiles. Puis, nous partons à la conquête d’un léger vent favorable. Mère-nature ne nous accorde qu’une morale instructive sur les caprices des eaux et des vents. Cap sur la baie des Ha! Ha! à moteur, nous profitons du peu de temps qu’il nous reste sur le RoterSand en appréciant un goûteux tofu Général Tao. On terminera la soirée par la contemplation d’un magnifique coucher de soleil sur le pont.

Départ de Tadoussac pour les îles du Bic.  Yoga sur le pont et observation de bélugas. En route, nous assistons à la dernière présentation étudiante sur l’accessibilité au fleuve. Le ciel est nuageux et toujours sans vent. Nous échangeons les équipes pour les formations noeuds et navigation.  Le tout est suivi d’une période d’activités pédagogiques sur le vocabulaire marin. Savez-vous ce qu’est une drisse de corne d’artimon ? Nous, oui ! Ce jeu permettra de raviver l’esprit compétitif de nos trois équipes : les focs, les éco-maurices et les redtersands. Pour souper, pâté chinois aux couleurs végétaliennes : patates douces, maïs et lentilles. Nous terminons la soirée avec une formation météo de base donnée par Peter, un membre honorifique de la Cloud Appreciation Society. 

Ce matin, c’est la dernière présentation étudiante ! Comme l’illustrent Claudia et Antoine, faire sa présentation de fin de DEC en pyjama, c’est aussi ça les stages de mobilité !

Faire sa présentation de fin de DEC en pyjama, c’est aussi ça les stages de mobilité !

Au déjeuner, de succulentes crêpes régaleront les bedons des marins affamés. Nous commençons la journée par une visite au centre d’interprétation des mammifères marins de Tadoussac. Musique et bonne bouffe (riz avec sauté de coco), les jeunes matelots appréhendent un après-midi sous une fine pluie. Nous écoutons ensuite la conférence de Sylvain Fortier, un aventurier de Québec qui a fait le tour du monde sur un petit voilier avec la mission de planter des arbres sur tous les continents. S’en est suivi un sain débat sur la concertation des initiatives individuelles et des approches collectives sur les enjeux liés à la consommation et la protection de l’environnement. Après un repas du midi enrichi de tofu, le groupe a en grande partie débarqué à terre pour une longue marche de santé dans les bois, le tout malgré la pluie et la température fraîche. Les autres, restés à bord, ont regardé un film dans la chaleur et le confort de la salle principale du navire. Après moult aller-retours et des repas gastronomiques, le groupe s’est réuni à bord autour d’énigmes passionantes et stimulantes. La soirée s’est conlue avec une multitude d’énigmes portant sur des boîtes aux lettres et la grande bonne humeur de Daphnée, cette dernière ayant reçu la confirmation de son inscription à l’université. Tout le monde s’est couché un sourire sur le visage après cette excellente journée malgré le teint grisâtre du ciel.

Brandy Pot, un mouillage idyllique pour déjeuner avec une bonne salade de fruits. La journée commence par une conférence de la société Duvenor sur la conservation des eiders à duvet et de plusieurs autres espèces d’oiseaux marins qui nichent dans l’archipel de l’île aux lièvres. La Société Duvetnor est un organisme à but non lucratif qui reversent tous ses profits de l’exploitation du duvet pour la conservation de l’habitat naturel des oiseaux. Ensuite, direction Tadoussac ! En chemin, plusieurs bélugas, quelques petits rorquals et un phoque gris nous font l’honneur de leur visite. Événement rare, un petit rorqual nous fait même tout un spectacle en faisant quelques sauts hors de l’eau. Tout le monde était subjugué! Écomaris étant membre du Réseau d’observation des mammifères marins, nous prenons notre mission au sérieux et nous notons toutes ces données dans le registre du ROMM. Arrivés dans la baie de Tadoussac, quelques courageux se risque à la baignade, dans une eau à 50 degrés farenheit….bbrrrrrr…. ! Cette superbe journée se conclut en beauté avec un feu de camp sur la plage de Tadoussac, guimauves en prime ! 

A l’ancre dans le port de Gros Cacouna, l’odeur de l’assiettée de gruau de bûcheron vegan a réveillé les troupes.  La journée  commence par une conférence sur l’identification des mammifères marins donnée par le ROMM (Réseau d’observation des mammifères marins). La matinée est nuageuse avec une faible pluie passagère et toujours sans vent, alors nous en profitons pour faire une formation sur la cartographie marine et deux autres présentations étudiantes (pétrole et érosion). En après-midi, un léger vent nous appelle…Tous les mouissaillons sur le pont hisseront les voiles pour la première fois afin de voguer doucement pendant quelques miles avant que le vent tombe à nouveau. À la fin de la journée, nous jetons l’ancre dans le magnifique mouillage du Pot à l’eau-de-vie pour admirer un beau coucher de soleil sur le phare. En soirée, une présentation étudiante sur les perchaudes.  Au menu : soupe au chou-fleur pour dîner et fajitas aux fèves rouges et salades d’andives, fenouil et pommes. Gastronomie et voile, ça sent les vacances !

Nous commençons la journée par une conférence sur la baignade dans les eaux du fleuve St-Laurent donnée par le comité ZIP de Québec.  Nous partons en direction de Cacouna (à environ 100 miles nautiques) en passant par l’île-aux-coudes par une journée ensoleillée mais sans vent. Les conditions sont idéales pour s’initier au vocabulaire nautique, aux noeuds et aux instruments dans la timonerie.  En soirée, deux présentations étudiantes (moule zébrée et béluga). Au menu : sandwichs sur pain baguette, et pour dîner : patates rissolées et salade aux graines de citrouilles pour le souper. 

Nous partons de Longueuil en direction de la capitale nationale avec un arrêt dîner au Ashton.  Pendant tout l’après-midi, nous visitons la foire Ecosphère au bassin Louise du port de la ville de Québec. Plusieurs exposants nous laisseront perplexes avec leurs eaux restructurées ou leurs ondes cellulaires harmonisées.  Heureusement, d’autres exposants plus sérieux nous feront découvrir des produits novateurs comme des éoliennes résidentielles ou des bardeaux de toits faits en pneus recyclés.  Certains en profiteront pour faire l’essai de véhicules électriques tels que la BMWi3 ou encore visiter la mini-maison modèle en démonstration. À 19h, nous entrons officiellement sur le bateau, qui sera notre demeure pour les 8 prochains jours. Nous dormons notre première nuit à bord du Roter Sand avec fébrilité en anticipation de l’aventure qui s’amorce.